Rechercher
  • Guitare Coaching

Wes Montgomery (un portrait)

Dans mes cours de guitare à Onex, Genève, il arrive parfois que je parle avec mes élèves, de figures emblématiques de la musique jazz. Aujourd’hui, j’ai décidé de vous parler du style, des influences et du parcours de John Leslie Montgomery.


‘’Wes’’ Montgomery est un guitariste de jazz majeur du millieu du 20ème siècle. Ses deux importantes influences sont les guitaristes Charlie Christian et Django Reinhardt. Il a influencé par la suite une multitude de guitaristes comme George Benson, Pat Martino, Pat Metheny, lee Ritenour, Grant Green…..





Wes Montgomery a 19 ans lorsqu'il commence a apprendre la guitare en repiquant les solos de Charlie Christian. Autodidacte, il les rejouera dans les clubs, un an plus tard… Pendant quelques années, il travaille comme soudeur dans une usine et se produit le soir dans des clubs de jazz d’Indianapolis. A 25 ans en 1948, il est engagé dans l’orchestre de Lionel Hampton. En 1959, Cannonball Adderley produit deux de ses disques dont le fameux ‘’The incredible jazz guitar of Wes Montgomery’’, étant l’un de ses meilleurs du moins le plus connu. 9 ans plus tard au sommet de sa popularité, il décède d’une crise cardiaque.

Dans mes cours de guitare à Onex, Genève, on a souvent l’occasion de repiquer des plans de Wes; cela ayant comme vertu de développer la musicalité et la technique jazz. Ses phrases sont très mélodieuses et inspirantes. Avec un touché très caractéristique, il nuance beaucoup, permettant à sa guitare de chanter littéralement. Grâce à sa technique de main droite (Wes joue avec son pouce) il produit un jeu singulier, caractérisé par un son chaud, rapide ou lent, parfois feutré ou sec. Cela, le distingue clairement d’autres guitaristes proche du style, qui exécutent les lignes mélodiques avec un médiator. Je pense en particulier à George Benson, autre grand guitariste.


Lors de mes cours de guitare à Onex, Genève, on étudie aussi son approche de l’improvisation. En général, Wes improvisait ses solos en trois parties distinctes : il commençait par des phrases mélodiques, puis jouait en approche octave et enfin il terminait par des suites d’accords. Ses solos sont d’une fluidité incroyable avec un jeu souvent très rapide. La beauté de ses improvisations en accords est tout autant exceptionnelle. On en parle un peu moins mais Wes variait également beaucoup rythmiquement les phrases et les accords, ce qui confère à son jeu encore plus d’attraction pour l’auditeur. Il popularisa également le jeu en octaves ainsi que la technique du comping, jeu en accords, propre aux pianistes.


Pour en revenir à sa carrière, la discographie de Wes peut se répartir en trois périodes clés: les disques Riverside, Verve puis A&M.


La période Riverside est caractérisée par un environnement de jazz mainstream, Wes jouant des blues, des ballades ou du Bop. Dans cette période on le retrouve avec des musiciens tels que Wynton Kelly (piano), Paul Chambers (basse), Jimmy Cobb (batterie), Tommy Flanagan (piano) ou Jonny Griffin (saxophone). Les disques les plus connu de cette période étant ‘’The incredible jazz guitar of Wes Montgomery’’ et le ‘’Full House’’.


La période Riverside, est plus variée avec parfois un jazz orchestral, des thèmes populaires, des ballades romantiques ou du bop. On notera que la qualité des productions peut être moins constante que celle de Riverside. Il joue avec entre autres, Ron Carter (basse), Jimmy Smith (orgue) et Ray Barretto (conga). De cette période, les deux albums ‘’Smoking at the half note’’ (live) et Tequila sont à retenir.


Quand à la période A&M, elle se caractérise par un jazz ‘’easy listening’. A cet égard Wes Montgomery peut être considéré comme le précurseur du smooth jazz, notamment avec l’ album ‘’Bumpin’’. C’est une musique plus lisse et peu improvisée. L’idée à cette période étant de donner une impulsion plus commerciale proposant des chansons populaires où les mélodies étaient joliment enrobées par des arrangements avec cordes. A noter, tout de même que Wes parallèlement continue à jouer du jazz live avec notamment ses deux frères Monk (basse) et Buddy (piano) accompagné du batteur Billy Hart.


Wes Montgomery restera dans la musique américaine comme le passeur entre Charlie Christian et les guitaristes actuels tels que Georges Benson ou Pat Metheny. En jouant la rythmique, les harmonies, la mélodie et en contrôlant les textures sonores, Wes a fait plus que Charlie Christian. Sans aucune théorie musicale à part la sienne, il a apporté une dimension orchestrale à l’instrument qui le caractérise comme un génie naturel.


3 vues0 commentaire